Une femme en tenue de sport

Les 10% de votre entraînement qui font 90% de la différence

Sport

C’est Arnold Schwarzenegger qui a inventé le concept selon lequel c’est lors de la dernière répétition que l’on fait tous les gains. Même si, scientifiquement parlant, ce n’est pas vrai à 100 %, cette affirmation fait mouche. La grande majorité de vos gains proviennent du fait que vous poussez vos muscles jusqu’à l’échec.

Lorsque vous poussez un muscle à l’échec, cela envoie un message à votre système nerveux que vous avez besoin de ce muscle pour survivre et qu’il n’est pas assez fort comme il l’est. C’est à ce moment-là que votre corps va passer à la vitesse supérieure pour reconstruire ce muscle aussi vite que possible.

Que signifie exactement « jusqu’à l’échec » ?

S’entraîner jusqu’à l’échec signifie que vous faites travailler ce muscle jusqu’à ce qu’il ne puisse physiquement plus faire une autre répétition. Beaucoup de gens jettent l’éponge bien avant d’avoir atteint l’échec, ce qui se traduit par des gains médiocres.

L’échec, ce n’est pas quand vous êtes fatigué. Ce n’est pas quand vos muscles vous crient d’arrêter. Ce n’est pas quand vous n’avez plus envie de continuer. Ce n’est même pas là où vous pensez que se trouve votre limite.

C’est lorsque vous ne pouvez physiquement plus bouger vos muscles pour faire une répétition de plus. Il faut beaucoup de volonté mentale et de détermination pour pousser un muscle jusqu’à l’échec.

Une femme faisant des redressements

 Le jeu mental du dépassement de soi

Se pousser à l’échec est en grande partie un défi mental. Les champions apprennent à maîtriser leur résistance et à franchir les obstacles, tandis que d’autres abandonnent trop tôt.

Alors comment maîtriser l’art de se dépasser ?

Tout d’abord, concentrez-vous sur votre sentiment de puissance. Ce sentiment de puissance doit s’accroître au fur et à mesure que vous vous entraînez. Beaucoup de gens trouvent qu’ils puisent dans un sentiment de puissance primitif et brut lorsqu’ils s’entraînent. Concentrez-vous sur ce sentiment et utilisez-le pour faire avancer votre entraînement.

Vous pouvez également utiliser un objectif externe pour vous aider à maintenir votre motivation. Par exemple, si votre objectif est de faire des abdominaux, vous pouvez imaginer ces abdominaux lorsque vous approchez de la fin de votre série. Lorsque les choses deviennent vraiment difficiles, visualisez votre objectif pour vous aider à atteindre la ligne d’arrivée.

 Techniques utiles pour vous aider

Voici quelques techniques qui peuvent vraiment vous aider à pousser vos muscles jusqu’à l’échec.

Tout d’abord, vous pouvez prolonger la durée de la dernière répétition. Au moment où vous pensez que vous ne pouvez pas aller plus loin, prolongez cette répétition à 30 secondes. Au lieu de faire une traction en 3 secondes, faites-la en 30 secondes. Cela poussera vraiment vos muscles à leur limite.

Deuxièmement, suivez vos séances d’entraînement. Notez exactement le nombre de répétitions et de séries que vous faites pour chaque exercice. Ensuite, la prochaine fois que vous vous préparez à vous entraîner, essayez de battre le nombre de répétitions que vous avez faites la dernière fois. Si vous vous poussez jusqu’à l’échec à chaque fois et essayez de battre votre précédent record à chaque fois, vous pousserez naturellement votre corps de plus en plus fort à chaque entraînement.

En somme, poussez-vous jusqu’à la dernière répétition. Ce sont les 10 % qui font 90 % de la différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *